PROCHAIN ATELIER GROUPEMENT DES SOPHROLOGUES DU TREGOR : 1er décembre, 10h-12h, centre social, Lannion

Venez rencontrer trois sophrologues, chacune spécialisée dans son domaine, pour échanger, poser vos questions et pratiquer !

PROCHAIN ATELIER PARENTS D'ENFANTS/ADOS ATYPIQUES (hpi, dys, tdah, etc.) - samedi 15 décembre 2018 - 10h-12h

Tous les mois, au centre social de Ker-Uhel, nous nous retrouvons, avec Antoine Nobilet, psychologue sur Lannion, et spécialiste des enfants/ados/adultes atypiques (hpi, dys, tdah, etc.) et les parents d'enfants sus-cités pour échanger, prendre un temps pour se poser, respirer, et repartir avec des outils, des réflexions, des stratégies et en se sentant mieux parce qu'on n'est plus seuls !…

Mieux vaut réserver (0607317301). Vous pouvez venir en couple. Sans vos enfants ! ;-)


 DEMARRAGE DU GROUPE LIGUE CONTRE LE CANCER - 

Un grand merci au Télégramme, qui a relayé le démarrage du groupe ! Une dizaine de personnes vont pouvoir profiter des bienfaits de la sophrologie, pendant 10 séances, en accompagnement de leur traitement. 

 


C'était cet été, pour la deuxième année consécutive, un bien beau stage, singulier par les rapprochements, mais tellement pertinent !

Danse, musique baroques et gestion du stress et des émotions. du 13 au 15 JUILLET 2018

Avec des intervenantes réputées dans leur domaine : 

Isabelle Diverchy : chanteuse, claveciniste, chef de choeur, elle a fondé l’ensemble Capriol & Cie (musiques et danses Renaissance). Elle enseigne à l’école de musique du Trégor.

Sidonie Euvremer : flûtiste, traversiste, elle s’est produite au sein d’orchestres et ensembles, tant en France qu’à l’étranger. Elle enseigne à l’école de musique du Trégor. 

Cécilia Gracia Moura : professeur de danse baroque, elle enseigne la danse ancienne dans les conservatoires parisiens. 

Nathalie Le Gaouyat : violiste, elle collabore avec différentes compagnies et ensembles. En 2011, elle a ouvert une classe de viole de gambe à Ploubezre. 

A la croisée des chemins, quelque part entre le XVIIe et le XVIIIe siècle, les arts se rencontrent et se mélangent volontiers… Y allier la sophrologie ? Oui, car danseurs et musiciens se servent du même instrument : le corps !

Le stage s’adresse à des musiciens non débutants possédant une autonomie de lecture et qui souhaitent aborder ou approfondir leur pratique de la musique baroque et découvrir ce que la danse et la sophrologie peuvent apporter à leur cheminement artistique et esthétique. 

Le stage s’adresse également à des danseurs ayant une pratique effective de la danse, quelle qu’en soit l’esthétique. 

Comme les musiciens, les danseurs trouveront du bénéfice à aborder la gestion du stress et des émotions dans la relation à leur corps et au mouvement.

A cheval sur plusieurs lieux - les tout nouveaux locaux associatifs de Servel ou ceux de l’ancien tribunal, sur Lannion -, le stage permet à chacun/e de choisir une spécialisation (danse ou musique - chant), des temps de répétition en sous-groupes et des ateliers communs de sophrologie.

 La presse en a parlé : https://www.ouest-france.fr/bretagne/lannion-22300/le-baroque-l-honneur-en-juillet-5865987

 Pour être tenu au courant du prochain stage et liker notre page fb, c'est ici

HYPNOSE - QUELQUES TEMOIGNAGES

• Un grand merci à Hélène qui, grâce à l’hypnose, a réussi à aider mon fils de 10 ans, énurésique.
Après avoir essayé différentes méthodes pour aider mon fils à ne plus faire pipi au lit, nous nous sommes tournés vers l’hypnose : dernier espoir avant les médicaments.
La première séance avec Hélène nous a aidé, E. et moi, à prendre du recul sur la situation, à avoir presque un regard extérieur.
En effet, "la mise en mots" de la situation a déjà beaucoup aidé E.
Les 3 séances suivantes furent surtout entre mon fils et Hélène.
Je ne posais pas de questions après, c’était son moment pour s’occuper de son problème.
Les pipis se sont arrêtés dès la deuxième séance.
Ce n’est pas une méthode "magique", elle ne parle peut-être pas à tout le monde, mais c’est avec ce moyen que mon fils a réussi à prendre conscience de son corps".

Alice, maman de E.

• Lorsque Hélène Renais m’a parlé d’hypnose, je n’étais pas convaincue des bienfaits de cette pratique. Et puis, le « lâcher prise », c’est difficile pour moi. Mais comme j’ai une grande confiance en elle, parce que cela fait plusieurs années que je pratique la sophrologie dans un groupe, j’ai décidé d’essayer.

Je suis arrivée pour la séance avec une certaine appréhension. En fait, cela s’est très bien passé. Après un petit entretien, on a choisi de travailler sur un exercice qui devait m’apporter un sentiment de « légèreté ». Portée par la voix d’Hélène, je me suis sentie effectivement très détendue à la fin de la séance, presque euphorique. La vie me semblait soudain plus douce. L’effet s’est poursuivi sur plusieurs jours. Et j’ai l’impression que cette expérience m’a donné l’élan nécessaire pour porter un regard plus positif sur l’existence, car elle m’a démontré que j’en étais capable.

J’étais aussi vraiment étonnée par la réactivité de l’inconscient, prenant le pouvoir pendant que le conscient semblait observer de loin ce qui se passait.

Au final, une expérience très positive que j’ai réitérée quelques mois plus tard avec un autre objectif.

Christiane

• J’ai eu l’occasion d’expérimenter une séance d’hypnose avec Hélène Renais début avril. Nous avons travaillé sur une problématique liée au travail. Je suis amenée de par mon métier à être dans une relation commerciale avec mes clients. Je suis souvent déstabilisée par des critiques, remarques ou tractations commerciales. Et les émotions suscitées amputent directement le résultat et la qualité de mon travail. Nous avons donc travaillé avec Hélène à fluidifier les échanges entre les idées créatives et ces aspects plus concrets de mon métier. Nous avons également travaillé la confiance en soi et l’ancrage comme un roseau balayé par le vent.

Ayant déjà pratiquée plusieurs séances d’hypnose auparavant, je savais globalement à quoi m’attendre. J’étais donc détendue et à l’aise. J’ai réussi à "décrocher" facilement. De la séance en elle-même, je me souviens très légèrement des paroles d’Hélène. En revanche, je peux dire que physiquement, j’étais dans un état cotonneux, détendue, détachée. A la fin de la séance, j’ai mis quelques minutes à retrouver un esprit clair.

Dans les jours qui ont suivi, j’ai été très fatiguée. Je ne saurais pas dire si cette fatigue était liée à un état déjà présent ou directement à la séance d’hypnose, mais j’ai quand même la sensation que c’était une fatigue différente. Elle a duré 2-3 jours.

Concernant la problématique travaillée en hypnose, j’y ai été rapidement confrontée. D’ordinaire, confrontée à une situation de critique ou de négociations, je suis à la fois en colère (très intériorisée) et en même temps, je ne fais rien. Là, j’ai remarqué que ma colère était plus nette, plus franche mais elle est aussi retombée plus vite et je suis rapidement passée à une recherche de solutions plutôt que de rester dans une posture de victime.

La situation s’est présentée 3 fois et à chaque fois, ça a été plus rapide à désamorcer. L’image qui me vient est vraiment celle du roseau ancré, souple, qui s’adapte mais ne casse pas.

Je dirais en conclusion que ce travail a porté ses fruits et que d’autres effets vont sans doute m’apparaître dans les prochains temps.

Je tiens à remercier Hélène pour toute sa bienveillance et toute l’attention & le professionnalisme qu’elle met dans sa pratique.

A.C.

 

Parce que ce sont ceux qui pratiquent la sophrologie qui en parlent le mieux…

voici quelques témoignages de toutes les personnes que j’ai croisées et qui ont bien voulu en dire quelques mots…

les prénoms ont été changé, pour des raisons de confidentialité.

 

Charlotte, infirmière : J’ai apprécié le compagnonnage de quelques mois avec Hélène Renais. Grâce à un peu d’assiduité, la sophrologie m’a permis de dépoussiérer mes occupations et préoccupations et d’en dégager l’essentiel. Bien sûr, il faut accepter de se laisser faire un petit peu pendant les séances, pour en retirer le meilleur profit. Ce qui m’a beaucoup plu, c’est le regard renouvelé sur mes attitudes et mon entourage sans aucun jugement. Grâce à la libération des tensions intérieures et à l’apprentissage de la respiration profonde, le bénéfice de ces séances de sophrologie a pour moi été remarquable.

Paul, paysagiste : J’offre un moment de détente à mon mental qui s’emballe. Je ferme les yeux, me pose, me repose pour un voyage dans mon espace intérieur. Je suis là, conscient de mon ancrage au sol et je prends le temps de ressentir au présent, constate sans jugement... mon attention se porte sur ma respiration... j’explore, me balade... Je reviens doucement à mon environnement : je suis plus calme, centré, axé...les idées claires et le coeur ouvert.

Patricia, étudiante : Lorsque j’ai débuté les séances de sophrologie, mon objectif était de mieux appréhender l’examen du baccalauréat, sur une durée de court terme à l’écrit comme à l’oral. Cependant au fil de ces séances, je me suis aperçue que tout ce que j’apprenais, m’aidait  dans mon quotidien. En effet, lors de ces moments de calmes et de détente, j’ai appris à bien respirer, à prendre conscience de  mon corps et à être attentive au regard que l’on porte sur soi-même. 

Après de nombreuses séances en individuel, j’ai essayé les temps collectifs. C’est une démarche très enrichissante où l’on peut échanger, voir nos ressemblances et différences face au stress des examens. Car chacun de nous est unique, et ressent les choses très différemment. 

Pour chacune de ces séances, je me remerciais d’avoir pris du temps avec moi-même. Je me suis aperçue que je vivais dans un stress permanent, avec un rythme très soutenu. Apprécier ce temps de pause, savoir lâcher-prise sont deux notions sur lesquelles j’ai travaillé. 

C’est donc avec une pratique quotidienne que je peux désormais affirmer que mes objectifs sont atteints. Stress, anxiété, panique et fatigue laissent place aujourd’hui à la confiance, la sérénité, l’assurance et l’énergie. 

C’est avec du recul que j’écris ce témoignage. Je m’aperçois que j’alimentais mon propre stress, voire le créait dans certains cas. Toutes mes pensées négatives avaient beaucoup plus d’impacts que les pensées positives. Alors je me suis dis que si j’étais seule maître de mon corps, pourquoi ne pas transformer tout ce négatif en positif ? Plus facile à dire qu’à faire, mais avec toutes les clés que m’a apporté la sophrologie, j’ai pu combattre mes peurs et vaincre mon stress continuel. 

Quelques échos de membres de différents groupes de la Ligue contre le cancer 

=> un moment de rencontres et d’échanges : j’ai découvert que d’autres personnes vivaient des moments difficiles comme moi, avaient des ressentis identiques au mien, c’est un moment où on peut parler des mêmes choses, on pose des mots sur des vécus que l’on connait.

=> un moment de détente : on vit des moments difficiles physiquement et psychologiquement : le cours de sophrologie permet un moment à soi, un moment où l’on se pose, on peut mettre de la distance par rapport à nos vécus du moment

=> un soutien psychologique : on apprend des méthodes qui nous permettent de nous poser

- dans le moment : une sensation de bien-être en sortant du cours, une sensation d’apaisement ;

- dans des moments de stress à venir (examens, consultations, attente de résultats, insomnies), on apprend à échapper au stress présent.

=> J’avais déjà testé le yoga il y a longtemps et cela m’avait peu convaincue, je me suis inscrite au cours de sophrologie sans être sûre d’y trouver quelque chose. J’avoue que j’y ai adhéré totalement et que cela m’apporte beaucoup. Le calme et la gentillesse d’Hélène y contribuent certainement.

=> J’ai appréciée les séances de sophrologie. J’en ressortais détendue, apaisée, la voix douce d’Hélène nous faisait prendre conscience de notre corps, notre respiration. Le groupe était sympa, nous pouvions dire nos états d’âme…

 

Copyright Hélène Renais Sophrologue